Agence de référencement naturel Paris

AGENCE DE REFERENCEMENT NATUREL PARIS

Actualités E-commerce

+33 1 41 62 10 61
+33 6 07 49 90 52

Conseils & astuces SEO
pour booster le trafic et les ventes internet

Les points SEO à suivre en 2019 pour booster son référencement naturel

Article publié le 06/01/2019

 

Il existe de nombreuses tactiques d’optimisation de site web qu’on peut effectuer sur chacune des pages d’un site e-commerce pour surclasser sa concurrence sur les résultats de recherche et pour accroître le nombre de visiteurs. Mais un trafic élevé ne promet pas un ROI s’il ne s’accompagne pas d’un taux de conversion intéressant. Le but essentiel est donc d’amener plus de personnes dans son public cible à visiter sa page web, à cliquer sur l’annonce ou à acheter un produit. Dans cet article, nous allons voir une liste des méthodes SEO permettant d’augmenter son trafic tout en améliorant son taux de conversion. La plupart de ces principes s’appliquent à tous les sites qu’il soit site vitrine, blog, site marchand etc. Une petite remarque : cela peut prendre quelques mois pour voir les retombées de ses efforts avec la mise en place de ces stratégies car le référencement naturel ne se fait pas du jour au lendemain. Aussi, on n’a pas besoin de tout mettre en œuvre les conseils sur cette liste. Certains éléments sont plus importants que les autres. C’est un peu comme les ingrédients dans la fabrication d’une bière. Il faut de l’eau, malt, houblon et levure. Mais pour customiser les saveurs de sa boisson, le brasseur peut choisir entre le blé, le seigle, l’avoine, le maïs, l’orge, le froment…Il peut ajouter aussi des fruits comme le pamplemousse, la framboise etc. Assez de bla-bla. Allons-y dans les faits.

 

Avant la rédaction d’un article, il faut choisir le créneau où l’on souhaite construire un site affilié pour un site d’affiliation. Supposons par exemple qu’on décide de monter un site d’affiliation sur les produits bio pour le bien-être et la santé. Indépendamment de tout ce qu’on sait sur ce sujet, il importe de savoir à l’avance les mots-clés qui sont rentables pour son marché. Cette recherche de mots-clés pertinents permet d’identifier un large éventail de génération de trafic et de vente. Pour obtenir un bon « panier » de keywords, on peut recourir aux outils de recherche de mots-clés gratuits en ligne, comme le keyword tool. Google suggest est aussi une impressionnante ressource permettant d’obtenir des variations des mots-clés à la longue traine. Pour ce, tapez le mot-clé principal dans la boîte de recherche et regardez les suggestions de l’outil.

Les suggestions en bas de recherche sur les résultats organiques de Google peuvent être également exploitées. Pour savoir si la popularité de ses mots-clés, on peut utiliser Google Trends. Si on utilise Ahref, cet outil propose aussi des suggestions.

Remarque : les variations de mots-clés à la longue traine sont importantes car les gens soumettent des requêtes d’une façon différente. Par ailleurs, ce type de mot-clé permet de générer plus de trafic ciblé.

Combien de fois a-t-on cherché quelque chose sur Google et on n’arrive pas à trouver ce dont on a besoin ? rare pour ne pas dire inexistant n’est-ce pas ? C’est parce que ce moteur de recherche est capable de comprendre l’intention de recherche d’un internaute qui tape sur sa barre de navigation. Pour avoir un espoir de classement sur un mot-clé particulier, il faut ainsi comprendre l’intention de recherche derrière le mot-clé visé. Dans cette optique, on peut se servir de quelques stratégies pour avoir plus de données sur ces intentions de recherche.

-Premièrement, on peut utiliser des outils énumérés ci-dessus pour collecter une liste de mots-clés puis on les segmente en fonction de l’intention de recherche pour obtenir le meilleur résultat. Les mots-clés doivent au minimum répondre aux formes d’intention : informatif (comment, quoi, où et pourquoi), commercial (où acheter, avis sur un produit…). Par exemple, les mots-clés avec les termes « guide », « conseils », « comment » sont conseillés pour un billet de blog qui informe les utilisateurs sur un produit. Si on souhaite cibler l’intention des éventuels prospects, on peut se servir des expressions-clés à la longue traîne qui permettent d’attirer la curiosité des internautes tout en les poussant à l’achat.

-on peut évaluer aussi le comportement d’utilisateur dans Google et bing analytics pour voir l’intention de recherche des internautes. L’analyse de temps de sessions, de taux de rebond permet de découvrir leur intention et de générer des revenus pour sa niche ou son entreprise.

-une recherche sur Google en mode incognito permet aussi d’avoir des groupes de mots-clés similaires et de comprendre pourquoi ces pages dépassent d’autres. Avant cela, veillez à vider la cache pour obtenir des résultats de recherche impartiaux.

Remarque : Il convient de noter que les pages de haut niveau sont quelquefois volatiles. Si les résultats sont stables, alors l’intention de recherche est claire. Dans tous les cas, il faut s’assurer que le classement de mot-clé qu’on a choisi est réalisable. Car il est impossible de se classer sur certains mots-clés si on est en concurrence avec des pages de haute autorité. C’est-à-dire des pages ayant beaucoup de domaine de référence provenant des sites d’autorité, en général une page ancienne.

Après avoir trouvé l’expression-clé cible, il faut penser à la bonne structuration de ses urls. Cette tâche est si petite qu’il est facile de le négliger quelquefois. En fait l’Url est l’une des premières choses que les visiteurs verront. Elle contribue ainsi à faire une bonne impression. Evidemment laquelle est la plus agréable à voir et facilement à mémoriser : http://example .com/ référencement ou http://example . com/tous - les-trucs-de-référencement/SEO-onpage/pageone.jghfp=p9 ?. La première naturellement mais en raccourcissant les urls, il ne faut pas sacrifier la description à la longueur. Côté SEO, l’url influence également sur le classement d’un site.

Pour pouvoir raccourcir les urls et rendre la navigation et le partage facile, on devrait vérifier les catégories, pages, sections de son site. Notons au passage que les pages qui se classent en haut de Google ont souvent aussi des mots-clés liés à leur activité dans leur nom de domaine. L’inclusion du mot-clé cible dans l’Url est donc une autre technique d’optimisation qui prouve son efficacité. Mais cela doit se faire en amont lors de l’achat du nom de domaine.

Choisir un sujet avec un potentiel de trafic élevé et bosser son référencement sur sa page est important mais tout ce travail tombe à l’eau si son contenu n’est pas à la hauteur. Cela commence par la rédaction d’une introduction convaincante. Celle-ci doit susciter l’intérêt des lecteurs, bâtir la confiance, promettre une solution et un meilleur contenu dans le développement. On peut utiliser des citations inspirantes, partager des faits et des chiffres etc. Mais l’essentiel, c’est qu’elle doit donner envie aux lecteurs de poursuivre la lecture jusqu’au bout. A ne pas oublier qu’un bon contenu permet aussi d’acquérir un trafic qualifié.

La création d’un titre et meta attrayants et convaincants permet d’améliorer le CTR et d’apporter plus de trafic à son site web. On devrait insérer ces balises dans le code source de son site web. S’ils sont inexistants, les moteurs de recherche scannent les pages et affichent les extraits de l’article qu’ils jugent pertinent. En guise de rappel, la balise title ne devrait pas avoir plus de 55 à 60 caractères. Elle devrait inclure le mot-clé au début. Sa description doit être claire et informative sur le contenu de la page. Quant à la balise meta description, c’est un résumé de 150 à 160 caractères qui décrit le contenu de la page. Les moteurs de recherche l’affichent dans les Serps lorsque la méta inclut les mots-clés recherchés. Ce bref aperçu s’il est bien rédigé incite les internautes à cliquer sur le lien. Cela se passe en fraction de seconde que les internautes ne se rendent pas compte qu’ils cliquent sur le lien pour satisfaire leur curiosité. Voilà pourquoi, la bonne rédaction de ces deux balises est d’une importance primordiale notamment pour un site marchand car elles permettent de mettre en valeur leur marque et leurs produits. Il ne faut donc pas jouer sur les mots avec ces balises.

H1 est un morceau de code HTML qui est généralement entouré d’un texte. A l’origine, il affichait le texte comme le plus grand texte de la page. Puis, suite au développement de feuilles de style CSS, il prend le format standard et s’ajuste au reste de la page (couleur, taille, police). Ainsi, la balise H1 pourrait ne pas être le plus gros texte de la page. Mais cette balise est toujours un indicateur, un signal de ce qu’est le texte le plus important sur une page. Elle est aussi spécialement conçue pour les personnes présentant une déficience visuelle et celles qui utilisent les lecteurs d’écran. Tous les grands lecteurs d’écran peuvent repérer la balise H1 sur la page et indiquer aux lecteurs son contenu. Si elle manque, le site n’est pas aussi accessible qu’il pourrait être. Au niveau SEO, cette balise a aussi son importance, car si son site a des titres clairs non codés en H1, l’ajout de cette balise aura un impact appréciable sur sa stratégie de référencement.

Remarque :Google a récemment indiqué qu’il est acceptable d’utiliser plus d’un H1 dans un article, mais les référenceurs pensent qu’il est meilleur de n’utiliser qu’un seul. Pour savoir si on a plusieurs H1 dans son site, on peut faire un audit SEO.

La construction de liens interne est à la fois un concept simple et complexe que tout le monde devrait adopter. Elle vise à aider la navigation interne, à définir l’architecture du site web et à répartir l’autorité des pages et le classement sur l’ensemble du site. Elle permet aussi de renforcer la valeur globale de la recherche d’un site. En fait, le maillage interne est une technique puissante de SEO prisée dans le marketing de contenu. Elle nécessite la création d’un contenu plus ou moins conséquent. Concernant la construction de ces liens, il est recommandé d’utiliser correctement le texte d’ancrage plutôt que les liens d’images. On peut se servir de fragments de phrase naturels mais non pas des textes optimisés pour ancre. L’autre recommandation lors de la création de maillage interne, on doit aussi créer un lien vers un contenu lié et pertinent au contenu de la source. En d’autres termes, si on a une page sur une «formation autocad» l’autre sur « les bienfaits du fromage », il n’y a aucun lieu de lier ces pages.

Remarque : il n’est pas nécessaire de créer un bloc massif de liens en bas de page. Cela pourrait attirer une pénalité algorithmique sur le site.

Les moteurs de recherche fournissent autant de résultats d’images qu’ils en fournissent aux résultats textuels. Quelquefois, Google affiche un nombre d’images cliquables au début des résultats de recherche, avant les résultats organiques. L’une des choses les plus importantes avec la balise alt, c’est qu’elle transforme les images en lien permettant à son site de recevoir des visites organiques. Cette balise aide aussi les outils de lecture d’écran à décrire les images aux lecteurs malvoyants et permet aux moteurs de recherche de mieux classer son site web. Son optimisation offre ainsi une meilleure expérience utilisateur pour les visiteurs. Pour l’optimiser, il faut être précis et descriptif et elle ne devrait pas dévier du contexte de l’image et du sujet de la page. Le contenu de cette description ne peut pas dépasser 120 caractères. L’utilisation de variantes sémantiques du mot-clé est à conseiller car l’entassement de mot-clé dans ce texte pourrait aussi encourir les pénalités de Google.

Remarque : 70 % des pages les mieux classés n’ont pas leur mot-clé dans la balise alt et la moitié n’ont même pas rempli cette balise. Peut-être que les propriétaires de ces pages web n’ont pas compris l’importance de clics avec les images. Quoi qu’il en soit, le remplissage de cette balise ne prend que quelques secondes, pourquoi s’en priver ?

Les mots-clés peuvent être de « courte traine » ou de longue traîne au sein de son contenu. Ces derniers sont des termes spécifiques qui décrivent mieux une chose par exemple « cadeau fromage femmes enceintes ». Ils se démarquent par leur immense potentiel car premièrement ils ont moins de concurrence et donc faciles à classer en tête de liste. En plus, ils peuvent attirer un trafic ciblé intéressant et garantir un taux de conversion élevé. Cela parce que les utilisateurs qui cherchent ces termes spécifiques sont plus impliqués dans leur cycle d’achat que les autres qui tapent des expressions-clés génériques. Enfin, il est aussi plus facile d’optimiser ces mots-clés. Voilà pourquoi, leur utilisation est à préconiser car ils offrent un retour sur investissement (ROI) intéressant.

Cela arrive lorsqu’on a plusieurs pages identiques sur son site web ou lorsqu’on a copié du contenu d’un autre site. La duplication de contenu peut aussi se produire involontairement surtout dans les CMS. Il y a également des cas de migration en https non réussi où il y a plusieurs Urls identiques du genre http://votresite . com, https://votresite . com, http://www. Votresite . com et http://Votresite .com/.Dans ce cas, Google décide d’afficher la version la plus appropriée. Ainsi, lorsque les moteurs de recherche les rencontrent, ils le considèrent comme un contenu dupliqué. Et côté SEO, cela entraîne la dilution de la popularité de la page. Il importe alors de revoir le passage en https et de corriger les erreurs de migration pour éviter cette duplication de contenu.

Voilà la première étape SEO à suivre dans l’optimisation de la visibilité de ses pages web. Elle se concentre sur le travail des contenus réels comme la recherche de mots-clés pertinents, l’amélioration des différentes balises, le maillage interne, le contenu dupliqué. La deuxième étape s’articule autour des conseils techniques et marketing.

Ces plugins permettent une bonne gestion de balises meta title, meta description et keyword ainsi que l’application de balise « no index » à des zones spécifiques du site. Yoast permet aussi comme on vient de dire la création d’un sitemap. L’utilisation de ces plugins facilite ainsi l’optimisation de ses contenus tout en permettant de gagner du temps. Il existe également d’autres plugins gratuits pour les CMS qu’on peut trouver en ligne.

Lors de la création d’un site, ou la refonte, ou l’ajout d’une nouvelle page, il importe de créer un sitemap. Ce fichier permet d’indiquer aux moteurs de recherche où se trouvent les adresses des contenus à indexer et des contenus importants sur son site. Ce plan du site rend plus facile l’indexation des gros sites de centaines de pages ainsi que les images, les vidéos, les versions en langues étrangères. Il est par ailleurs possible de soumettre plusieurs sitemaps à Google, Bing etc. Pour savoir si on en a un, tapez le domaine.com/sitemap.xml de son site sur la barre de la navigation. On retrouve plusieurs générateurs de sitemaps mais si on utilise yoast sur un site wordpress, on peut en créer un avec ce plugin SEO. Pour soumettre ce fichier à Google, passez par la search console sur la rubrique exploration : sitemaps.

Ce fichier à installer également à la racine d’un site instruit les robots des moteurs de recherche sur les zones à indexer et à ne pas indexer. Les spiders le consultent pour savoir où aller et où ne pas aller dans une page web. Ce fichier est généré d’une façon automatique lors de la création d’un site mais il est possible de le modifier. Pour le trouver, il suffit de taper dans la barre de navigation http://www .votredomaine .com /robot.txt. Il inclut trois informations : l’user-agent indique le robot concerné par l’interdiction, la ligne allow autorise les moteurs de recherche à avoir accès aux pages de son site. La ligne sitemap les informe sur l’emplacement de son sitemap. La création de ce fichier robot.txt peut se faire d’une façon manuelle en utilisant un éditeur comme notepad ou en recourant aux outils en ligne. Si on souhaite tester ce fichier, on peut aller sur la search console et cliquer sur la rubrique exploration : outil du test du fichier robot.txt.

La vie d’un site n’est pas exempte de fluctuations. Il y a des périodes où les lecteurs interagissent avec les articles de son blog et le relaient sur les réseaux sociaux. Il y a aussi des temps où tout est au point mort. Google analytics, permet de savoir le nombre de personnes qui visitent son site et la provenance de ses visiteurs, la tendance d’âge, leur centre d’intérêt etc. Cet outil gratuit apprend plus aussi sur la durée du moment passé sur le site, les visiteurs fidèles, les pages qu’ils consultent, le nombre de personnes qui visitent la page en temps réel etc. Grâce à cet outil, on peut savoir quels mots-clés ont menés les gens sur votre site, les articles qui reçoivent plus de visites sur les réseaux sociaux… Cerise sur le gâteau pour les propriétaires de sites marchands, cet outil les aide à identifier à quel moment les leads abandonnent l’achat et indique aussi le taux de conversion. Cela leur permet de corriger les éventuels problèmes de ce blocage comme le problème de l’ergonomie, le coût du produit etc. Cet outil permet ainsi de résoudre les problèmes tout en améliorant les performances de son e-shop ou blog. Pour l’installer, commencez par la création du compte et l’inscription puis collez le code de suivi fourni dans le header.php. La console analytics collectera ensuite les données sur son blog.

La création d’un compte Google search console est également importante dès le lancement d’un site car cet outil gratuit de Google permet également de suivre la performance de ses pages web dans la recherche, et les mots-clés pour lesquels on est classé. Il permet aussi la détection des problèmes d’indexation et fait découvrir les mots-clés qui génèrent de visites. Les données comme le nombre total des clics, le nombre d’affichage dans les moteurs de recherche, le coefficient entre le nombre de clics et d’impression, la place dans les résultats de son Url ainsi que les liens qui pointent vers cette Url sont également dévoilés dans cet outil.

L’inscription sur Bing webmaster tools vaut également la peine pour voir les autres améliorations qu’on peut apporter à son blog.

Astuce : lier la search console avec la console Analytics pour visualiser les données de la console dans Analytics.

Même si son site web ou son entreprise ne s’intéresse pas à la domination du marché local ou à l’international, la diffusion de ses contenus sur les réseaux sociaux est une stratégie de référencement non négligeable. Elle peut générer du trafic et peut augmenter le nombre des abonnés sur le compte twitter. Elle peut aussi faire connaître son site et accroître la notoriété de ses activités sur fb, linkeldn, viadeo etc. Ne pas oublier d’inclure le hashtag dans ses tweets pour que les autres utilisateurs puissent les retrouver.

Les pierres précieuses sont éternelles, les liens ne le sont pas. On peut ainsi perdre des liens par inadvertance ou erreur lors d’une refonte du site ou ils ont été tout simplement supprimés. Dans ce dernier cas, on peut demander à l’auteur de ce lien de rendre de nouveau le texte cliquable. S’il est sympa, il peut accepter la demande. Dans les autres cas, il faut identifier la raison de la perte du lien et corriger l’erreur.

Les erreurs d’exploration signifient que les moteurs de recherche ont du mal à parcourir le contenu d’un site web. S’ils ne peuvent pas le voir, ils ne le classeront pas. On devrait ainsi corriger ces erreurs dans la Search console>coverage (couverture). Les liens brisés constituent aussi une mauvaise expérience pour les utilisateurs. Recherchez et réparer ces liens 404. Par ailleurs, on doit aussi s’assurer que son site se charge facilement. Le temps de chargement lent rend les visiteurs et les moteurs de recherche frustrés. Et cela peut impacter sur son positionnement car il s’agit d’un facteur de classement. Selon les statistiques, 47 % des consommateurs attendent qu’un site mobile se charge pendant au moins 2 secondes, une seconde de plus entraîne une réduction de conversion. Pour mesurer la performance d’un site mobile, on peut utiliser Google PageSpeed insights ou pingdom. L’optimisation des tailles des images permet également de réduire considérablement le temps de chargement de la page. Il existe des outils gratuits et payants permettant de le faire. D’autre part, les plug-ins, formulaires, widgets, publicités alourdissent également ce temps de chargement. Il est conseillé de s’en débarrasser s’ils ne sont pas réellement utiles pour son site. Un technicien site web peut également prendre en charge la réduction de cookies, le nettoyage de code, la compression des pages, les problèmes d’ergonomie etc.

Cette version sécurisée est un facteur de classement selon Google. Pour un site marchand, le passage en https est incontournable car elle permet d’assurer les utilisateurs sur la fiabilité du site. Elle assure en effet la protection des données de ses visiteurs. Cette nécessité est de premier ordre lors d’une demande de mots de passe ou des informations de paiement.

 

Cette liste des points SEO à suivre est loin d’être exhaustive. Parce qu’outre ces points, un site bien référencé a aussi une stratégie de contenu solide, un contenu efficace recherché par son public cible et optimisé pour les moteurs de recherche. Pour analyser la performance de votre e-shop et son positionnement sur Google, il convient de commencer par un audit SEO. Cette action permet de déceler les facteurs qui bloquent son référencement naturel. Vous pouvez nous contacter pour faire un audit SEO de votre vitrine commercial ou e-shop dans le but d’apporter des actions correctives de référencement.